1 Avenue Jean Fourgeaud, 93420 Villepinte

01 49 47 89 15 contact@diablesrouges.org

INTERVIEW : HACHIM BOUTOUIL, Senior chez les DIABLES ROUGES ET futur ostéopathe !

Les Diables Rouges ce n’est pas que du football, c’est aussi des talents ! 

Tout cet été, nous allons mettre en avant des anciens ou actuels Diables Rouges au parcours atypique et remarquable. Nous continuons cette semaine, avec l’interview de Hachim Boutouil, actuel Diables Rouges et futur ostéopathe.

Bonne lecture :)

 

Bonjour Hachim, peux-tu te présenter et retracer brièvement ton parcours pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Bonjour, je m’appelle Hachim Boutouil j’ai 21 ans j’ai commencé le football américain il y’a 6 ans au sein du club des Diables Rouges de Villepinte, club dans lequel j’évolue encore. A coté de ça, je fais des études d’ostéopathie au CEESO Paris depuis maintenant 1 an.

Peux-tu nous parler un peux de ton parcours chez les Diables Rouges, s’il te plaît?
J’ai commencé chez les DIABLES ROUGES en tant que cadet, coaché par Morwan Choucair et Cedric Colteau (à l’époque où il avait encore toute sa tête, lol). Les premières années étaient difficiles à cause du manque d’effectif mais on a été sacré Champion IDF en 2012 ou 2013 il me semble ( Année de mon bac).
J’ai toujours aimé mon club car il m’a apporté beaucoup tant sur le plan sportif qu’humain, mais j’ai dû le quitter lors de la saison 2014/­2015 pour aller étudier à Amiens.

Justement, tu as donc effectué une année d’étude à Amiens mais également joué chez les Spartiates il me semble. Peux-­tu nous en parler ?
Mon année d’étude à Amiens à été à la fois un échec et une réussite. Parti à Amiens dans le but d’intégrer l’école de kinésithérapie, j’ai choisi de passer par le concours STAPS. Malheureusement, des résultats trop justes en anatomie m’ont valu un échec à ce concours.

En revanche, mon passage à Amiens fut rempli de belles rencontres, je parle bien sur de mes frères, les SPARTIATES. Des mon arrivé au sein de l’équipe j’ai tout de suite été pris sous l’aile de mes coéquipiers (BIG UP A DIDOUH). Petit à petit j’ai fait connaissance avec l’ensemble de l’équipe et j’ai tout de suite été accepté dans la famille. Ils m’ont accompagné dans ma phase de progression et aidé dans le football et dans ma préparation physique afin que je puisse être le meilleur possible pour la division 2.
Je souhaiterai profiter de cette petite interview pour remercier tous mes amis Spartiates.

Concernant tes études justement, peux tu nous retracer ton parcours ?
Mon parcours scolaire est assez laborieux, j’ai eu mon bac S en 2012­/2013, puis je suis allé en première année de médecine, j’ai échoué, je suis partit à Amiens pour le concours, j’ai échoué et enfin j’ai trouvé ma voie dans l’ostéopathie, domaine dans lequel je m’épanouis et me retrouve pleinement.

Qu’est ce qui t’a dirigé vers cette voie ?
La volonté de rester au contact à la fois des sportifs et du monde médical, tout en pratiquant un métier manuel.

Quelles sont tes ambitions et tes objectifs pour les années à venir ?
Réussir mes études dans un premier temps. Et je vais tout faire dans les années à venir pour intégrer l’équipe de France de football américain, je compte d’ailleurs sur mes coachs pour m’aider dans ce combat.

Quelles ont été tes sources de motivation pour atteindre cette étape ?
Je pense que tout le monde à des ambitions dans la vie. J’avais les miennes et grâce à Dieu j’ai une famille qui a toujours su me soutenir dans mes projets.

Quelles difficultés as-­tu rencontré dans ton parcours jusqu’ ici ?
Je pense que mes échecs scolaires post-bac ont été les plus durs à vivre. Sur le plan sportif, ma grosse blessure à l’épaule que je continu de soigner. Et sur le plan sociale, je dirais que ma plus grosse difficulté à été de gagner le cœur de ma magnifique fiancée.

Où te vois-­tu dans 10 ans ?
Je me vois pratiquer mon métier dans mon cabinet la semaine, et être au bord des terrains avec mes deux garçons le weekends.

Un message à passer aux jeunes qui, comme toi, visent de hautes études ?
Je pense qu’il y’a une triste réalité qu’il faut montrer aux plus jeunes. En France tu es obligé d’avoir un bagages scolaire ou une compétence rare ( métier du batiment, artisanat…) pour pouvoir t’en sortir. Malheureusement le football ne te fera pas manger de pain en France alors assures tes arrières et, quand tu es sur le terrain, déchires toi!

LA MINUTE DIABLES ROUGES

Ta première victoire ?
Contre les Fighting Irish à Saint­-Cloud en 2013,  37­-00 !

Le ou les coachs qui t’ont marqué le plus ?
Momo, Aurel, Cédric, Patrick.

Ton meilleur souvenir chez les DR ?
La victoire en final IDF alors que nous perdions 18­-00 a la mi-­temps..

Ce que tu affectionnes le plus au club ?
Son esprit familiale !