1 Avenue Jean Fourgeaud, 93420 Villepinte

01 49 47 89 15 contact@diablesrouges.org

INTERVIEW LOUIS-FREDERIC DESSUREAULT: DE THETFORD A VILLEPINTE

Vous avez rejoint la France et plus précisément Villepinte depuis 72h00 pour prendre votre fonction de coordinateur défensif au sein des Diables Rouges. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je joue au football depuis l’âge de 15 ans. J’ai fait mes début à l’école secondaire Curé-Antoine-Labelle chez les Loups, une équipe modeste à l’époque mais qui est maintenant un powerhouse de la Div.1. J’ai débuté en tant que Slotback mais l’année suivante on m’a transféré DB, position à laquelle j’ai joué depuis ce temps !

Lorsque j’ai gradué du secondaire, j’ai fait quelques camps collégiaux pour aboutir aux Vulkins de Victoriaville, petite ville au nord-est de Montréal, qui venaient tout juste de remporter le Bol d’Or en division 2. J’y ai passé 4 merveilleuses années qui se sont malheureusement terminées avec une défaite crève-cœur en finale du Bol d’Or.

Je me suis ensuite dirigé chez les Carabins de l’Université de Montréal ou j’y ai passé 2 ans. J’ai par la suite dû prendre une saison off pour raison financière. C’est cette année que Jacques Dussault qui était alors l’entraineur chef a quitté ses fonctions, amenant une partie des coachs des Carabins à Sherbrooke. J’en ai donc profité pour les suivre en transférant chez le Vert & Or, qui a été mon équipe d’adoption jusqu’à la fin de ma carrière universitaire !

Je suis maintenant coach depuis 5 ans pour les Filons du CEGEP de Thetford Mines où j’occupe les postes de Coordinateur Défensif, entraineur des demis défensifs et Assistant Coach des Special Teams. Je continue également à jouer dans la LFSPQ (Ligue de Football Semi Pro du Québec) aves Les Chiefs de Beauce, Champions pour 3e année de suite du championnat.

 

Quel est votre style de coaching ?

Comme je l’ai dit, j’aime apporter beaucoup d’énergie en pratique et surtout en match ! Je crie beaucoup haha ! Dans les mauvais moments c’est sûr, mais également dans les bons ! C’est sûr que si mon joueur fait plusieurs fois la même erreur,  je vais lui dire et probablement pas très tendrement.

Il est important par la suite de bien discuter avec celui-ci pour cibler le problème et le régler. Par contre, je peux vous garantir que s’il réussit un jeu extraordinaire, je serai le premier à sauter sur le terrain pour célébrer avec lui !!!

Pour moi, la défensive c’est une unité qui doit savoir jouer avec émotion tout en restant focus et en contrôle!!
Vous êtes en France depuis quelques jours, quelle est votre impression générale sur le club des Diables Rouges et son environnement ?

Pour ce qui est de l’organisation, je n’ai vraiment rien à redire !! Les dirigeants sont dévoués et très motivés ! On voit qu’ils veulent que ça marche et ils prennent les moyens pour. De très belles installations comparables à celles qu’on retrouve au Québec. Le terrain est impeccable ! Dès mon arrivée, on m’a vraiment pris en charge et assuré que tout était à ma convenance. Une vraiment belle organisation aux services de ses joueurs !

On a un bon noyau de joueurs impliqués. Je sais que dans plusieurs équipes, l’assiduité aux pratiques est un gros problème mais ici, je crois que les joueurs ont faim et ça parait ! On a un gros noyau de joueurs qui sont présents à chaque pratique et qui sont motivés à se rendre le plus loin possible ! On a beaucoup d’expérience et des jeunes joueurs avec un énorme potentiel ! J’ai très hâte de voir ce que ça va donner en match !

Pour la ville de Villepinte, je n’ai pas encore eu le temps d’explorer mais ça me semble une jolie petite ville ! Les gens du centre qui m’hébergent sont très accueillants.
Vous coachez depuis 5 saisons pour le Cegep de Thetford Mines (qui évolue en D2, champion de D3 en 2015), est-ce un avantage selon vous d’avoir encadré des joueurs français ?

Il est clair pour moi que d’avoir coaché plusieurs joueurs français à Thetford est un avantage pour moi. La culture du football ici est très différente de chez nous. Chez nous, c’est un mode de vie. Tout tourne autour du football. Ici, les gars ont des boulots, des enfants pour certains et toutes sortes d’autres obligations qui font que le foot ne peut pas toujours passer en premier. La mentalité aussi est différente.

Nous, les gars sont drillés depuis tout jeune avec de l’intensité et sont habitués à se faire crier dessus. Ça fait partie de la game. Avec les européens, c’est différent, ça marche moins bien comme ça et c’est aussi correct ! Ça nous force à développer de nouvelles approches qui nous servent également avec les jeunes de chez nous qui sont moins réceptifs avec nos approches traditionnelles !


Avez-vous une anecdote ou bien une chose que vous avez vu qui n’existe pas au Québec (en lien ou non avec le football) ?

Haha, et bien, tout le monde trouve qu’il fait très froid ici mais bon, moi je me plais bien ! 2 degrés c’est beaucoup mieux que les -25, -30 et même -45 auxquels on a eu droit il y a 2 ans au Québec !

Je me rends aussi compte (même si je le savais pas déjà) que je n’ai vraiment pas un bon sens de l’orientation avec tous vos ronds-points haha.

Mais je dois dire que la meilleure, c’est la première fois que je parlais d’alignement à un joueur et que je lui ai dit de prendre une bonne verge…son regard et le fou rire des autres joueurs m’a tout de suite rappelé qu’ici vous disiez des yards …

 

 

Propos recueillis par Florian Thiery – Janvier 2017.

One thought on “INTERVIEW LOUIS-FREDERIC DESSUREAULT: DE THETFORD A VILLEPINTE”

  1. Très belle entrevue et vrai je vous le confirme, coach Dess est comme ça il aime mieux qu’un joueur fasse une faute avec un rendement à 100% plutôt que 30% comme ça il sait que son joueur lui donne du rendement même si ça ne va pas toujours bien et oui vous pouvez être certain le joueur le saura si oui ou non le jeu était bon.T PRIDE,T FAMILY, GO les Red nations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *